Accueil > La cave > Rhum

TYPE
NOS SÉLECTIONS
RECHERCHER
-15%
Rhums du monde
48,90
France
34,90
Vietnam
111,90
-15%
Rupture de stock
France
5,20
La Réunion
39,90
Rupture de stock
Martinique
74,90
Pérou
95,90
Rupture de stock
Belgique
40,00
France
39,90
Rupture de stock

La fabrication du Rhum

Vous aimez le rhum, mais savez-vous réellement comment celui-ci est fabriqué ? Connaissez-vous les différentes sortes de rhum ? C’est ce que nous allons vous expliquer dans l’article qui suit. Bonne lecture !

Comment le Rhum est-il fabriqué ?

Avant toute chose, il est essentiel de savoir comment le rhum est fabriqué. Il existe aujourd’hui, deux manières de fabrication. Voyons tout d’abord comment le rhum agricole est créé. Cette première façon consiste à fermenter le Vesou pendant deux à trois jours mélangé à des levures sauvages. Ce substitut qui est alors à 5 degrés, sera ensuite distiller. Notons qu’avec une tonne de canne à sucre, un peu moins de 100 litres de rhum est créé. La principale caractéristique du rhum agricole est sa fraîcheur. Ensuite, nous avons donc la deuxième manière de production, celle du rhum de mélasse ou de sucrerie. Ici, le jus de canne est chauffé pour obtenir par la suite des sortes de cristaux, qui ne sont autres que le sucre. L’eau s’évapore et il reste ainsi que le résidu solide, qui représente la mélasse. L’étape suivante consiste à fermenter cette dernière pendant 24h à 12 jours et à la diluer dans de l’eau. Enfin, la substance obtenue est distillée et c’est à ce moment-là que la véritable mélasse est créée. 

Le Rhum agricole et de mélasse

Intéressons-nous maintenant aux points communs entre le rhum de mélasse et le rhum agricole. Dans un premier temps, il faut savoir que pour l’un ou pour l’autre, il est possible d’utiliser un alambique à repasser, permettant d’utiliser plusieurs fois les queues et les têtes d’une distillation à une autre. Ensuite, de manière générale, le rhum est dit « réduit » pour atteindre un taux à 40 degrés pour les rhums légers et jusqu’à 55 degrés pour les rhums agricoles. Notons que le rhum de mélasse est régulièrement teinté avec du caramel pouvant allé jusqu’à 0,5 %. Enfin, que ce soit le rhum de mélasse ou le rhum agricole, sa fabrication reste très proche et les deux sont particulièrement appréciés pour les dégustations.

Le Rhum et son vieillissement

Nous retrouvons donc différents vieillissements qui sont les suivants :

Le
Rhum blanc :
 celui-ci est reconnaissable par ses notes fraîches offertes par la canne à sucre, qui peuvent être parfois relevées par des fruits exotiques, du verre frais ou du miel par exemple. Un Rhum agricole blanc est très souvent apprécié par les puristes ou les amateurs car il est doté d’une grande puissance en bouche avec des arômes de pur jus de cannes qui ne se font pas effacés par les additifs ni le vieillissement dans les différents fûts ayant anciennement contenus d’autres spiritueux.

Le Rhum ambré : appelé également le rhum « élevé sous bois », le rhum ambré est souvent utilisé dans le domaine du rhum agricole. Celui-ci passe quelques mois dans des fûts de chêne et se retrouve entre le rhum vieux et le rhum blanc. Ses particularités sont ses arômes épicés et boisés.

Le rhum vieux : le rhum vieux est doté d’un profil plus varié puisqu’il réunit des arômes plus diversifiés comme les fruits secs, le tabac, l’orange ou les épices et il a dépassé quelques années de vieillissement par rapport à un rhum ambré, ce lui lui apporte déjà de belles notes boisées et des notes plus complexes.

Le Rhum hors d’âge : enfin, le rhum hors d’âge est tout simplement l’appellation d’un rhum vieux qui a vieillit plus d’une dizaine d’années, on lui retrouve des notes boisées souvent plus prononcées et des saveurs et notes encore plus complexes.